Actualité

Dans le cadre de ses actions de plaidoyer, la CPF s’inscrit en faveur des politiques favorables à la réduction des effets des changements climatiques, la promotion d’une justice climatique et l’adoption de mécanismes adaptés de financement des pertes et préjudices liés aux changements climatiques.

La CPF a lancé un cri de cœur, le vendredi 19 janvier 2024, à Ouagadougou, pour interpeller les autorités ainsi que les institutions financières sur la nécessité de mobiliser des financements publics et privés au profit de l’agriculture irriguée au Burkina Faso.

Du 26 au 29 novembre 2023, la Confédération paysanne du Faso organise un atelier national d’auto-évaluation du Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au Sahel (PARIIS). Il est financé par la Banque Mondiale et intervient dans les six États de la zone du Sahel du CILSS ainsi que dans les organisations régionales impliquées dans la mise en œuvre des politiques agricoles et connexes. L’implication des OP se fait à travers les plateformes nationales suite à une convention signée entre le ROPPA et le CILSS. Ont pris part à cet atelier, 23 participants dont 5 femmes.
L’objectif est de promouvoir le développement d’une agriculture irriguée durable, adaptée au milieu, compétitive et inclusive
Au Burkina Faso, il est mis en œuvre par la Confédération Paysanne du Faso à travers des sessions de sensibilisations, d’information et de mobilisation des producteurs à la base autour de la définition et la mise à échelle des solutions d’irrigation.
L’atelier national d’auto-évaluation a permis de faire une lecture interne paysanne et repéré des acquis, défis et perspectives issus du rôle qu’ont joué les OP dans la mise en œuvre du PARIIS. Cette lecture a permis d’avoir des données en termes de pertinence, l’efficacité et la durabilité du projet. Les acquis, limites, défis et perspectives ont également été traités par types d’aménagement. A savoir : (i) les aménagements de bas-fonds et décrue contrôlée, (ii) la petite irrigation individuelle privée (iii) l’irrigation communautaire (iv) la grande irrigation publique et (v) l’irrigation à travers le partenariat public-privé (PPP).
Des échanges, il est ressorti que le problème d’eau est crucial pour les producteurs par conséquent une initiative permettant la disponibilité et la gestion de l’eau est très pertinente. En ce qui concerne l’implication des OP, on note qu’elle est faite à travers le ROPPA et non l’Unité de gestion du PARIIS au niveau national.
En somme, l’atelier a permis de relever les acquis ou forces notamment la disponibilité des terres aménageables, les négociations foncières avec l’implication des acteurs (producteurs services techniques déconcentrés et les collectivité territoriales), la dotation des bénéficiaires en fonds de roulement (engrais pesticides).
Pour ce qui concerne les suggestions, il est ressorti la subvention du matériel d’irrigation (motopompe tuyau, grillage, plan d’irrigation), le renforcement des capacités des bénéficiaires sur la technique de la petite d’irrigation, l’accompagnement des nouveaux périmètres aménagés en fonds de roulement, la vulgarisation de l’aménagement communautaire, l’uniformisation de la gestion des grands aménagements et l’implication des producteurs dans tout le processus d’aménagement etc….

En termes de limites, nous avons le faible respect des cahiers de charges et du calendrier cultural, la location des parcelles par certains bénéficiaires, la mauvaise gestion des terres aménagées, la non implication des producteurs dans la distribution des terres aménagées, l’insuffisance des quantités d’eau mobilisées dans les aménagements du type 2 (petite irrigation), le coût très élevé des équipements et matériel d’irrigation. etc ….

 


La CPF, avec le soutien de SOS FAIM tient, du 21 au 22 novembre 2023 à Bobo Dioulasso, une rencontre de concertation de la CAPEP sur les modalités d’accès au financement des EF et la gouvernance des instruments de politiques notamment la Badf et le Fonds de Développement Agricole.

La confédération Paysanne du Faso, soucieuse de la pérennité du mouvement Paysan et de la capacité des OP à contribuer à l’analyse, l’élaboration et l’influence des politiques agricoles, a initié dans le cadre du projet services et plaidoyers pour les organisations paysannes (SEPOP), un parcours de formation structuré autour de quatre modules complémentaires au profit des responsables et futurs leaders des OP.

« Autonomisation économique de la femme rurale : quelles stratégies de résilience dans un contexte de crise sécuritaire et humanitaire».,  c’est sur ce thème que le Burkina Faso, à travers le ministère de la solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation nationale, du genre et de la famille a commémoré la 26 ème journée internationale de la femme rurale. La cérémonie s’est déroulée ce jeudi 17 octobre 2023 à Nedogo.

« Autonomisation économique de la femme rurale : quelles stratégies de résilience dans un contexte de crise sécuritaire et humanitaire».,  c’est sur ce thème que le Burkina Faso, à travers le ministère de la solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation nationale, du genre et de la famille a commémoré la 26 ème journée internationale de la femme rurale. La cérémonie s’est déroulée ce jeudi 17 octobre 2023 à Nedogo.

L’atelier régional de lancement officiel des microprojets entrant dans le cadre des activités du « Programme conjoint Sahel en réponse aux défis COVID-19, conflits et changements climatiques (SD3C), mis en œuvre par la Confédération Paysanne du Faso, RBM et APESS et élaboré par le gouvernement du Burkina Faso, le FIDA, la FAO, le PAM s’est tenu ce 25 juillet 2023 à Dédougou dans la Région de la Boucle du Mouhoun.

La CPF a organisé du 03 au 07 juillet 2023 à Bobo-Dioulasso, un atelier de formation des organisations paysannes, groupements de femmes/jeunes intervenant dans le domaine agro-sylvo-pastoral de la région de la Boucle du Mouhoun sur les techniques agro écologiques promues au Burkina Faso.

Page 1 sur 8