Confédération Paysanne du Burkina BF

Lancement du projet JAFOWA

Le Burkina Faso est un pays essentiellement agricole caractérisé par une agriculture de type pluvial et un élevage extensif. Le secteur agricole occupe plus de 86% de la population et contribue à plus de 30% à la formation du PIB. Les producteurs agricoles Burkinabè depuis la sécheresse des années 1970 ont développé de nombreuses stratégies de résilience dont la diversification des productions en hivernage mais également en optant pour des productions agricoles en saison sèche. Ainsi, depuis lors c’est développée l’horticulture. De nos jours la production d’oignon représente plus de 34% de cette production horticole, avec un taux de commercialisation de plus de 75%. Le Burkina Faso est classé 2ème exportateur d’oignon dans l’Afrique de l’Ouest après le Niger avec une part importante pour les régions du Centre-Ouest et du Nord.
Comme tout le sous-secteur horticole, la filière oignon connaît des difficultés majeures liée à :
(i)La saisonnalité de la production : la quasi-totalité de la production d’oignon se pratique en saison sèche. Cette concentration de la disponibilité du produit impacte négativement les prix d’achat
(ii)La conservation du produit : Des pertes élevées (≥ 30%) dues à l’’inadéquation et l’insuffisance des infrastructures de conservation
(iii)La commercialisation : Le bradage de la production soutenu par les difficultés de conservation et l’intégration au circuit de commercialisation
(iv)L’insécurité foncière : 55% des producteurs d’oignon avec une forte prédominance de femmes et de jeunes ne sont pas propriétaires terriens. Ce qui conduit les exploitants à adopter des stratégies de production non durables et non respectueuses de l’environnement.
En termes d’opportunités, le potentiel de développement de l’horticulture en général et de la production d’oignon est très élevé, car le Burkina dispose de plus de 233.500 ha de terre irrigable dont seulement 12 à 14% sont exploités, de 500.000 ha de bas-fonds aménageables et de plus de 1.200 plans d’eau (lacs, barrages, mares). En termes de ressources humaines, la population est jeune, active dans la production horticole avec un niveau de maîtrise des productions maraîchères très appréciable. En vu de professionnaliser les acteurs et de faciliter l’accès au marché rémunérateur des producteurs d’oignon, notre expérience nous a montré que la mise en place de cellule d’achat et de commercialisation d’oignon pouvait jouer efficacement ce rôle.
C’est ainsi que La Confédération Paysanne du Faso (CPF) en partenariat avec l’Agence pour la Promotion de la petite et Moyenne Entreprise Agriculture et Artisanat (APME.2A) et le Comité Interprofessionnel de la filière oignons Burkina (CIFOB), mettent en œuvre un projet intitulé « Appui à la production durable et compétitive de l’oignon au Burkina Faso ». Le projet consiste à structurer la filière oignon en utilisant des techniques de production respectueuse de l’environnement ; en formant les producteurs sur la conservation ; en les accompagnant pour la commercialisation et enfin par le plaidoyer pour l’accès sécurisé au foncier.
Les principaux résultats attendus du projet sont :
 Les capacités techniques, organisationnelles et de gestion des groupes cibles dans les exploitations familiales sont renforcées
 Les techniques de conservation et de mise en marché des produits des groupes cibles sont améliorées
 Les conditions d’accès et de sécurisation à la terre des femmes et des jeunes sont améliorées
 Le pilotage et la gestion du projet sont assurés de façon efficace

Portfolio